Aller au contenu principal

Allier acoustique et esthétique dès la conception

Vous êtes ici

Allier acoustique et esthétique dès la conception

19/04/2017 par Knauf France
0
Le silence est d’or. Cette maxime prend un sens nouveau et profond dans nos sociétés modernes. La demande sociale est forte pour agir contre le bruit, présent dans tous les domaines de nos vies : personnelle, professionnelle, sociale… La nécessité de prendre en compte l’acoustique s’impose dans la pratique architecturale, dès la conception des bâtiments.
Allier acoustique et esthétique dès la conception

D'après l'INSEE, 54 % des Français vivant dans les grandes villes placent le bruit en tête des nuisances. Ils le considèrent comme un désagrément pouvant aller d’une dégradation de la qualité de vie à la détérioration de la santé. À l’inverse, une bonne acoustique intérieure permet d’améliorer les performances et le bien-être.

Isolation vs absorption

Même si une ambiance sonore peut être appréciée différemment selon les individus et les contextes, pour être reconnue de « qualité » par les occupants, il faut que les bruits « utiles » (bébé, collègue...) soient perçus facilement et sans déformations gênantes et que les bruits dérangeants (voitures, télévision du voisin ...) ne soient pas perçus.

Il s’agit donc d’agir à la fois sur l’isolation acoustique, pour éviter au maximum que les bruits émis à l’extérieur ne soient transmis à l’intérieur, et sur l’absorption acoustique, destinée à limiter ou à maîtriser au mieux la réverbération des sons produits à l’intérieur d’un espace.

Pour une bonne isolation acoustique, la construction doit présenter d’excellentes performances d’étanchéité à l’air. Les isolants thermiques ne sont jamais à eux seuls des isolants acoustiques. Ce n’est qu’intégrés dans un système qu’ils contribuent à améliorer l’isolation acoustique. D’où l’intérêt d’une prise en compte dès la phase de conception du bâti.

Pour une bonne absorption acoustique, il convient de travailler avec des matériaux présentant des performances appropriées. Un des éléments à considérer est le type d’activité associée à chaque pièce. Par exemple, l’acoustique d’un bureau constitue un facteur décisif pour le bien-être et l’efficacité au travail. Celle d’une chambre impacte la qualité du sommeil.

Une acoustique esthétique

Il existe de nombreux systèmes acoustiques esthétiques. En plus d’un environnement visuel agréable, ces solutions peuvent aussi donner du caractère à l’intérieur. Les murs et le plafond, représentant les plus grands espaces libres d’une pièce, constituent les éléments clés d’un environnement acoustique de qualité. Ils permettent de jouer sur la dimension spatiale en créant des atmosphères, un rythme visuel...

Les matériaux d’absorption acoustiques peuvent même devenir des objets design, à la présence affirmée ; pourquoi pas des dalles absorbantes suspendues, également appelées baffles acoustiques, en forme de nuages dans le coin repos d’un espace de coworking ?

Ils peuvent aussi se faire discrets lorsque la sobriété inspire la quiétude. Des murs blancs, des voilages clairs, une ambiance sonore nature contribuent au ressenti d’une ambiance apaisée. De même, l’épure des objets peut contribuer à ce sentiment de « zenitude » en proposant une pause dans un monde submergé d’images.

Si l’esthétique de l’acoustique est pour partie subjective, la forte demande sociale de réduction des nuisances sonores dans le bâti est bien réelle. Elle a trouvé écho, depuis le 1er janvier 2013, dans un arrêté relatif à l’attestation de prise en compte de la réglementation acoustique obligeant le maître d’ouvrage à fournir cette attestation à l'autorité administrative ayant délivré le permis de construire. Le décret s’applique en France métropolitaine aux bâtiments d'habitation neufs, bâtiments collectifs ou maisons individuelles accolées, ou contiguës à un local d'activité ou superposées à celui-ci, lorsqu'elles font l'objet d'un même permis de construire.


Votre avis

Cet article vous a plu ? Donnez-lui une note !

0