Aller au contenu principal

Faut-il choisir une isolation par l’extérieur (ITE) ou par l’intérieur (ITI) ?

Vous êtes ici

Faut-il choisir une isolation par l’extérieur (ITE) ou par l’intérieur (ITI) ?

04/01/2018 par Knauf Bâtiment
0
Et vous, êtes-vous plutôt Isolation Thermique par l'Intérieur (ITI) ou Isolation Thermique par l'Extérieur (ITE) ? Les deux solutions présentent toutes les deux de vrais avantages. Et pourtant, en France, c’est l’isolation par l’intérieur qui est la plus utilisée. Est-ce une bonne chose ?
Que choisir entre Isolation Thermique par l'Extérieur (ITE) et Isolation Thermique par l'Intérieur (ITI) ?

Dans le cadre de la rénovation énergétique d’un bâtiment ou d’une construction neuve respectant la RT 2012, la question sur l’isolation thermique des murs est fondamentale. Rempart contre la chaleur ou le froid et principal atout contre les déperditions d’énergie, elle permet de réaliser d’importantes économies d’énergie. Pourtant, la question est toujours posée : faut-il isoler les murs par l’intérieur ou par l’extérieur ?

De l’efficacité de l’ITE au bon rapport économique de l’ITI

On présente souvent l’isolation thermique par l’extérieur comme la plus efficace contre les ponts thermiques, la plus « pratique » à mettre en œuvre (en particulier en cas de rénovation), mais aussi la plus chère. Il est effectivement courant de dire que l’Isolation Thermique par l'Extérieur (ITE) est efficace en cas de rénovation complète de la façade, à condition qu’il n’y ait pas trop de difficultés architecturales ou d’éléments contraignants (parois vitrées, balcons, loggias, etc.) qui présentent autant de ponts thermiques à traiter.

En outre, cette technique présente l’avantage incontestable de ne pas modifier la surface habitable et offre de bonnes performances avec une réduction d’environ 25 % de la consommation d’énergie. Elle permet aussi de renforcer l’étanchéité à la pluie ou la protection contre les chocs thermiques, ce qui peut augmenter l’inertie thermique et la pérennité du bâtiment.

Dans le cas où il n’y a pas de volonté (ou de possibilité) de modifier l’aspect extérieur du bâti, l’Isolation Thermique par l'Intérieur (ITI) sera alors privilégiée. Elle coûte souvent moins cher, mais nécessite de traiter les points singuliers, notamment représentés par les planchers ou le pourtour des menuiseries (fenêtres et portes). Enfin, question efficacité, l’ITI permet des économies d’énergie de l’ordre de 10 %. Compte tenu de son coût moindre, elle présente malgré tout un bon rapport, tout dépendra de l’épaisseur de l’isolant.


Que choisir entre Isolation Thermique par l'Extérieur (ITE) et Isolation Thermique par l'Intérieur (ITI) ?


Et si on pensait plus en « isolation mixte » ?

Aujourd’hui, dans le domaine de la construction neuve, 76 % des maisons conformes à la RT 2012 déjà bâties sont isolées par l’intérieur, selon une étude de l’association Promotelec réalisée en 2014. Les arguments mis en avant sont notamment le coût plus abordable ou la condensation sur les murs et l’effet « paroi froide » qui disparaissent et offrent un nouveau confort aux habitants.

Pourtant, quelle que soit la technique d’isolation adoptée, celle-ci ne réglera pas tous les problèmes. Il faudra notamment traiter la dalle du rez-de-chaussée dans une maison individuelle afin de réduire les pertes par le plancher et l’inconfort procuré par un sol froid.

Il existe une troisième voie qui mérite d’être explorée : l’isolation mixte, à la fois par l’extérieur et par l’intérieur. Elle est utilisée aujourd’hui dans plus de 12 % des maisons conformes à la RT 2012 (toujours selon l’étude Promotelec), en particulier dans les maisons à ossature bois ou métal. Celle-ci est garnie avec un isolant à l’intérieur et à l’extérieur. Le système, associé à un pare-vapeur, est recouvert de bardage ou d’enduit. C’est une solution industrialisée, donc plus économique et performante.

À l’heure où le gouvernement annonce un grand plan d’investissement de 57 milliards d’euros qui sera mis en œuvre à partir de 2018, il est clair que l’efficacité énergétique des bâtiments est prioritaire. En effet, le parc de logement actuel est responsable des deux tiers des émissions de l’ensemble des bâtiments et la France compte entre 7 et 8 millions de passoires thermiques.

La rénovation des logements est donc une exigence environnementale et il apparaît clairement que l’ITE a une vraie carte à jouer, sans négliger pour autant l’isolation par l’intérieur.


ITE et ITI en un coup d’œil


L’isolation par l’extérieur (ITE)

   Ses avantages

  • Les performances thermiques sont optimales
  • Elle traite efficacement les ponts thermiques
  • Elle améliore l’aspect de la façade
  • Le chantier perturbe peu les habitants
  • Elle conserve l’inertie des murs

   Ses inconvénients

  • Elle n’est pas adaptée pour tous les bâtiments
  • Elle présente un coût plus élevé
  • Elle nécessite de demander une autorisation de travaux
  • Elle n’annule pas l’effet de « paroi froide », ce qui peut être un problème pour le client

L’isolation par l’intérieur (ITI)

   Ses avantages

  • Elle est économique
  • Elle est souvent plus facile à poser
  • Elle annule l’effet « paroi froide », en particulier pour les maisons anciennes
  • Elle conserve l’aspect extérieur de la façade

   Ses inconvénients

  • Elle ne résout pas tous les ponts thermiques
  • Elle génère une faible inertie thermique en été et en hiver ce qui entraîne une surconsommation d’énergie. *
  • Elle réduit la surface habitable
  • Elle oblige souvent le client à déménager pendant le chantier

* L’inertie thermique d’un bâtiment est sa capacité à emmagasiner puis à restituer la chaleur de manière diffuse. Plus l’inertie d’un bâtiment est forte, plus il se réchauffe et se refroidit lentement.


Votre avis

Cet article vous a plu ? Donnez-lui une note !

0